Contre Toz-Aviv sur Seine

(« Toz » est une interjection régulièrement utilisée dans le dialecte algérien pour désigner le rejet et le mépris d’une idée, d’une personne ou de toute entité qui cherche à imposer sa loi sur autrui)

keep-calm-and-toz-feek-2

Je les vois déjà venir ceux qui vont lire ce texte en marmonnant « encore une arabe propal antisioniste qui va nous soûler avec son discours d’indignée ».

Sauf que non, c’est pas [tout à fait] ça. Je ne comprends pas vraiment ce que signifie le terme « pro-palestinien » et je n’ai jamais été « anti »-quelque chose (je n’y vois pas l’intérêt). En fait, je suis juste pour qu’Israël respecte le droit international sur lequel il crache depuis trop longtemps. Et pour qu’il y ait deux États aux frontières clairement délimitées, sans qu’aucune des 2 parties ne soit spoliée ; avis que nous sommes nombreux à partager, quelque soit notre camp.

Et oui, j’ai encore du mal à digérer la liste des 2100 morts à Gaza de l’an dernier. Une liste où de nombreux noms sont inconnus, car les corps trop amochés pour être identifiables, et où les [bas] âges de certaines victimes font froid dans le dos. Une liste pour laquelle le gouvernement nous avait interdit de nous indigner. Ce n’est pas la (récente) mort par un colon extrémiste d’un bébé brûlé vif et de son père qui va apaiser mon dégoût.

Or, ce qui m’exaspère le plus, c’est la réponse apportée par nos responsables politiques. Pas de condamnation de ces crimes. Pas de dialogue pacifiste entamé. Pas même l’ombre d’une tentative de compromis.

A la place, un événement qui met à l’honneur le côté revendiqué « festif » de Tel Aviv, centre diplomatique et économique d’Israël. Comme s’il n’y avait que ça dans cette ville. Comme si les Palestiniens pouvaient profiter de la légèreté ambiante de Tel Aviv sans passer par l’humiliation quotidienne des checkpoint qui barricadent cette bulle d’insouciance. Comme s’il n’y avait pas un Mur à 50 km d’ici, honteux symbole de la colonisation. Comme si Israël avait la quelconque intention de freiner sa politique d’apartheid dans les territoires palestiniens en Cisjordanie. Pire, comme s’il n’y avait pas en Israël, des voix pacifistes qui s’élèvent contre cette barbarie.

On nous rétorque que Tel Aviv est cosmopolite, progressiste et tolérante, mais on se bouche le nez dès que la question palestinienne est évoquée. On veut bien clubber entre gens désinvoltes, mais surtout pas parler d’humanisme ou de paix. On accepte de trinquer avec la LDJ, organisation considérée comme terroriste, mais on ne veut pas être dérangé par des « bougnoules » agitateurs opposés à l’événement, alors on commande à la mairie un plan Vigipirate « alerte attentat ». Parce que bon, c’est bien connu, refuser la tenue d’un événement de propagande ou de consommer des produits dont la vente participe au développement de la domination de l’État d’Israël sur le peuple palestinien, c’est la voie royale pour commettre des attentats terroristes, ou du moins, inciter les autres à en commettre.

Pardon, mais je ne veux pas de ce truc puant à deux pas de chez moi. L’indifférence des gens qui dansent à côté de cadavres fumants, ce n’est pas de l’insouciance, c’est du cynisme. Et c’est [plutôt] répugnant à ce niveau-là. Si eux n’arrivent pas à sentir l’odeur macabre de la politique de leur gouvernement, les relents parviennent pourtant violemment jusqu’à mes narines sensibles. [ça pique un peu].

[A ceux qui ne veulent pas comprendre]

Moi qui me retiens de vomir
Moi qui me retiens de vomir

Puis, je suis sympa, je ne vous vomis pas à la gueule alors que vous m’avez soûlée avec votre soupe [trop] chargée de mauvaise foi, en m’accusant de favoriser l’antisémitisme, alors que bon, comme vous le précisez si bien, Tel Aviv, ce n’est pas une ville exclusivement juive, et que je ne vois pas trop le rapport avec la communauté juive, d’ailleurs. Je vous explique simplement que festoyer quand vos voisins sont morts à cause de ceux qui vous dirigent, ce n’est peut-être pas la meilleure manière d’être solidaire et de combattre ces injustices, et encore moins de faire preuve de « tolérance ». Cette posture de lâche ne vous honore pas, loin de là.  C’est même au mieux du mépris, au pire de la complicité.

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Sarah dit :

    Bonjour,

    Je souhaitais poser quelques questions si cela est possible sur votre article. Non pas rebondir sur qui a raison, qui a tord dans le conflit israélo-palestinien, cela a déjà été fait un millier de fois. Je sais qu’il n’y a aucune haine dans votre texte, et que vous souhaitez une solution pacifique avec 2 Etats. Je sais que vous ne favorisez pas l’antisemitisme, et je ne parle pas de vous, mais du sujet de Tel Aviv sur Seine et du mouvement pro palestinien (et à la réaction du gouvernement) auquel vous faites reference.

    Mais ce que je comprend pas, c’est comme cela se fait il qu’il y a pu y avoir 300 000 morts au Darfour, 250 000 morts en Syrie sans que presque aucun mouvement ne venant de l’opinion publique se fasse?
    Durant l’été 2014, exactement pendant la même période que les bombardements contre Gaza, les soldats de Daesh sont rentrés dans un village irakien de 5000 personnes, ont mis le village entier dans des camions et les ont mitraillé à la sortie. Ou étaient les manifestations pour demander une posture plus forte contre l’EI, ou du moins faire pression sur leurs alliés comme la Turquie ou l’Arabie Saoudite ? Ou étaient les hashtags et les boycotts quand Assad gazait sa propre population? Je ne dis pas qu’il ne faut pas s’indigner pour Gaza, et je suis pour la solution à 2 États, mais il y a un 2 poids 2 mesures dans l’indignation qui est incroyable je trouve, entre une sorte de passion pour Gaza d’un côté, et un je m’en foutisme complet pour le reste du monde. Lorsque l’humanitaire français Moussa a été arrête au Bangladesh, les gens ont découvert l’existence des Rohingyas. J’ai d’ailleurs depuis pas vu de mouvement pour boycotter le Bangladesh, maintenant que Moussa a été libéré, les gens s’en fichent de nouveau des Rohingyas, ca fait pas assez « anti-systeme » de militer pour eux.

    « Une liste pour laquelle le gouvernement nous avait interdit de nous indigner. »
    Je ne suis une fan de Valls pour plein de raisons. Je sais que les manifestations avaient pour but initial d’être pacifiques, mais depuis la main mise des Dieudonistes et des Soraliens sur le mouvement , il n’y avait pas une seule manifestations ou certaines personnes crient « Morts aux juifs » ; ou lancent l’attaque contre une synagogue ou des magasins juifs. Certaines images des magasins attaqués faisaient penser à la Nuit de Cristal. Et oui c’est de la responsabilité d’un Etat de ne pas laisser ce passé se reproduire. Je sais que c’est pas l’esprit de la manif à la base, mais tout de même le ver est dans la pomme. Etes vous allez voir le genre des commentaires youtube et facebook qu’il y avait concernant l’évenement? Si oui vous verriez pourquoi les autorités étaient inquiétes vis à vis de « Gaza sur Seine » (qui n’a d’ailleurs pas été interdit) .

    Vous avez raison quand vous dites que cela ne devrait pas avoir quelque chose avoir avec la communauté juive française, mais sauf que quand des gens comme Merah rentrent dans une école maternelle pour tuer des enfants de 4 ans au nom de la Palestine et pour « la libération de Gaza », quand tu ne sais pas si les 2 types en scooter qui te voient sortir d’une Synagogue ne vont te poignarder au visage parce qu’ils ont regardé des trucs sur la Palestine et sur Gaza sur Internet, cela le devient un peu, non?

    Ce que je comprend pas non plus, c’est pourquoi faire le lien entre une manifestation culturelle (je suis pas à Paris mais si j’ai bien comprise, il y a ca pour une ville différente chaque année) et la politique. Si je suis l’argument un peu plus loin, ca voudrait dire que si je vais voir une magnifique pièce de Tolstoj au théatre, cela cautionne la guerre en Tchétchenie et l’homophobie d’Etat de Poutine?

    Cordialement

    Sarah

    1. Alors, par où commencer ? Il me semble que les militants pro-palestiniens militent contre tous les impérialismes et les injustices. Les soraliens et les dieudonnistes n’ont pas leur place dans les mouvements pro-palestiniens tels que l’UFJP, BDS, etc….
      A propos de Moussa, il est malheureusement toujours emprisonné.
      Pour toutes les victimes de Bachar El Assad et de Daesh, ce sont souvent les mêmes militants pro-palestiniens qui viennent en aide aux réfugiés qui ont réussi à échapper à cette horreur. Ce sont aussi eux qui militent pour l’ouverture des frontières afin qu’il n’y ait plus de tragédies comme celle du petit Aylan mort noyé….
      En ce qui concerne le fameux « conflit » israélo-palestinien, il faut savoir que la Palestine n’a pas d’armée. Que l’Etat d’Israël humilie le peuple palestinien par tous les moyens ; blocus, démantèlement des institutions et de l’économie, mur, etc…sans parler des bombardements et de la colonisation. Il ne s’agit clairement pas d’un conflit mais d’un État qui écrase un peuple. Ce qui fait que pour certains Palestiniens, le seul moyen de se défendre, c’est d’attaquer au couteau. Je suis loin d’être pour cette « solution » mais je ne peux pas condamner ces attaques.

    2. Une manifestation culturelle permet de faire rayonner un pays, de la même manière qu’un orchestre national ou une équipe sportive, et représente les institutions de ce pays. C’est pour ça qu’il faut le boycotter. Légitimer un événement culturel soutenu par un Etat qui pratique la colonisation, c’est légitimer cette colonisation.

  2. Sarah dit :

    Merci d’avoir pris du temps pour me répondre 🙂

     » Les soraliens et les dieudonnistes n’ont pas leur place dans les mouvements pro-palestiniens tels que l’UFJP, BDS, etc…. »

    Oui ça je vous crois, au niveau du bureau des institutions ou on peut contrôler qui est qui. Mais sur Internet, d’une manière générale, on milite pour quelque chose, pour une idée pour laquelle tout le monde peut implicitement adhérer pour différentes raisons. Etant donné que la cause palestinienne n’est pas « la propriété » du BDS ou de l’UFJP, tout le monde peut en adhérer. Et j’ai juste l’impression que les dieudonnistes/soraliens ont un avantage numérique très fort (en même temps c’est vrai que c’est très difficile à sonder, c’est dommage d’ailleurs qu’il n’existe pas d’outils ou de logiciels qui puisse mesurer l’influence ou non d’un mouvement sur internet, et quelles types de personnes en parlent. )

    « Pour toutes les victimes de Bachar El Assad et de Daesh, ce sont souvent les mêmes militants pro-palestiniens qui viennent en aide aux réfugiés qui ont réussi à échapper à cette horreur. Ce sont aussi eux qui militent pour l’ouverture des frontières afin qu’il n’y ait plus de tragédies comme celle du petit Aylan mort noyé…. »

    C’est vrai.
    D’ailleurs je me demande, plus généralement sur le théme du militantisme, étant donné que vous avez une bien meilleure expérience que moi, est-ce que depuis la photo du petit Aylan, et l’impact que cela a eu, est-ce qu’il n’y a pas eu une sorte catégorie de « nouveaux humanistes » (à mon avis pas le même type de gens que ceux qui militent pour la Palestine), qui d’un coup se sont mis à relayer des choses sur Internet pour les réfugiés , mais dans le but de s’auto-congratuler à quel point ils sont ouverts, et se mettre en avant devant les autres parce que il y avait un phénomène médiatique derrière, sans vraiment être intéressés par le sujet ?
    (c’est quelque chose que je m’étais demandée sur twitter parce que je remarque que beaucoup de gens y sont très agressifs et désagréables entre eux (avec les gens qui ont les mêmes idées ou pas) et vont se lyncher pour le moindre mot mal interprété, avec tout plein de stratégies crasseuses comme le hate-follow, ramener ses fans contre une autre personne, doxxing etc..) du coup je me demandais si il n’y avait pas beaucoup de batailles d’égo pour se montrer soi même comme étant le/la plus zélé(e) et dévaloriser l’autre plutôt que de débattre (à l’époque ou j’étais dessus, j’avais l’impression qu’il y avait beaucoup de cela, et si une personne est à court d’arguments alors les attaques ad personam (on voit pas mal de trucs bizarres du type « t’es blanc(che)/homme ou autre donc me parles pas » (parfois même des hommes blancs sortent ce genre de propos, ce qui rend le truc encore plus ridicule) .
    (désolée si le paragraphe est mal structuré, je dis un peu les idées au fur et à mesure 🙂

    « Ce qui fait que pour certains Palestiniens, le seul moyen de se défendre, c’est d’attaquer au couteau. Je suis loin d’être pour cette « solution » mais je ne peux pas condamner ces attaques.  »

    Je suis plutôt d’accord avec toi sur la situation là-bas, mais je parlais de en France

    « Une manifestation culturelle permet de faire rayonner un pays, de la même manière qu’un orchestre national ou une équipe sportive, et représente les institutions de ce pays. C’est pour ça qu’il faut le boycotter. Légitimer un événement culturel soutenu par un Etat qui pratique la colonisation, c’est légitimer cette colonisation.  »

    Dans ce cas on peut considérer qu’aller au Nouvel An Chinois légitime l’invasion tu Tibet, qu’aller voir un film d’Hollywood légitime la guerre pour le pétrole ou les noirs tués par la police US, ou que manger un kebab c’est légitimer la répression contre les Kurdes.
    Est-ce que le boycott culturel ne risque pas d’être contre productif dans le sens ou si le boycott a pour but de faire pression sur les autorités politiques et économiques d’Israël, là ça envoie un message directement à la population « On boycotte votre culture, donc ce n’est pas pour ce que vous faites, mais pour ce que vous êtes »?

    https://youtu.be/se3PaCX7sjI?t=9s ( y a cette chanson la dessus qui est plutôt bien faite 🙂 )

    1. Malheureusement, il y a des tas de gens en mal d’ego qui se servent de tragédies et d’Internet pour se faire mousser et trouver des prétextes pour être agressifs, peu importe la cause qu’ils instrumentalisent. Le problème d’un événement comme Tel-Aviv sur Seine, c’est qu’il est clairement politique (organisé par la mairie de Paris), contrairement aux films d’Hollywood et au nouvel an chinois. Pire, cet événement était encadré par de nombreux policiers, ainsi que par…la LDJ, groupuscule interdit aux USA et en Israël car considéré comme terroriste. L’autre souci est que dans cet événement, le but assumé est de redorer l’image de l’Etat d’Israël, en mettant en avant le côté festif de Tel Aviv en occultant le Mur qui ségrègue les Palestiniens et les morts de Gaza bombardés à moins de 50 km…ce qui est particulièrement indécent. Il faut aussi noter qu’à cet événement politique, aucune parole n’est donné aux militants pro-palestiniens qui sont israéliens…ce qui pose un problème quand on vend cet événement comme « pacifiste »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s