La vie d’une bougnoule dans un pays de « race blanche »

La France, c’est chez moi. C’est là où j’ai grandi. Là où j’ai tout appris. L’école, le vivre-ensemble, l’histoire, la musique, l’art.

Pour moi la France, c’est un pays où on est libre et où on a des droits. Droit de voter, droit de manifester, droit de s’exprimer en public ou en privé, droit de choisir la vie qu’on souhaite mener. Libre de circuler, libre de manger ce que l’on veut, libre d’habiller comme on le souhaite, libre de disposer de son corps et de sa conscience.

Enfin, la France, c’est comme ça…Sur le papier. C’est vrai, ce n’est pas parfait, mais les bases sont là. Les idéaux ne sont pas encore morts.

Ma définition de la France peut s’appliquer à chacun d’entre nous, quelque soit notre genre, notre origine, notre couleur ou nos croyances. Cette France, tout le monde peut s’y intégrer, pas seulement moi.

Visiblement, cette idée de la France que l’on m’a inculquée très jeune, je l’aurais presque inventée. En effet, depuis le 27/09/2015, j’ai appris grâce à notre chère Nadine Morano que la France était de race blanche et avait des racines judéo-chrétiennes. Et que la France, dans son grand élan de générosité, acceptait d’accueillir des étrangers [dont elle n’a jamais eu besoin, bien entendu] sur son territoire.

RACEBLANCHE

Ah. Bon.

choquélechat

D’un coup je n’étais plus vraiment chez moi. Merci Nadine, pour tes infos. Fallait bien que quelqu’un me le dise hein.

Donc si Nadine avait raison, cela voudrait dire que je ne fais pas vraiment partie de la France, moi qui suis de race [trop] bronzée et de culture musulmane. A moins que je n’accepte que la suprématie blanche me somme d’aimer la France et à le crier plus fort qu’eux. Parce que Madame Morano estime que cette « race » doit rester majoritaire et que les autres ont intérêt à lui lécher les pieds.

heilcat

Ainsi, j’ai beau être née en France, y avoir grandi, étudié, travaillé, et donné toute mon énergie, cela ne suffit pas. Pire, je pourrais même être accusée de la prochaine tentative d’attentat  si j’avais le malheur de me couvrir un peu trop. Bah oui. Parce que selon Nadine Morano, si on a eu des attentats chez Charlie Hebdo en janvier dernier, c’est parce que personne n’a voulu arrêter la femme en burqa qu’elle avait repérée (et dénoncée) quelques mois plus tôt Gare de l’Est. [C’est qu’elle est] d’une logique implacable, la pensée de Nadine. Race blanche > Racines judéo-chrétiennes > Islam > Voile > Burqa > Attentats.

Peut-être que Nadine, dans son grand élan d’humanisme, pourrait me suggérer quoi faire afin de « mériter » ma place dans ce pays qui n’est plus vraiment le mien. Être moins noire qu’une Arabe ? Poser nue avec un jambon entre deux apéros ? Me faire tatouer « Vive la France » sur les fesses ?

(Pour tout autre suggestion, me contacter ici)

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s