S’abstenir. Puis, la mort dans l’âme, se résigner à voter Macron.

Je me suis abstenue au premier tour. J’ai même fait campagne pour l’abstention. Je ne regrette pas, parce qu’au fond, en se basant sur des arguments rationnels, c’est ce qu’il faut faire : cesser de valider des institutions qui nous broient de ses oppressions, se nourrissent de nos suffrages et ne nous octroient des droits au compte-gouttes qu’au prix de douloureuses luttes. On ne me fera donc plus culpabiliser.

Je vais pourtant voter Macron le 7 mai 2017. Même si écrire, penser, lire ces mots me filent la nausée. Ce personnage représente tout ce que je vomis ; l’impérialisme, l’esclavage moderne, la dépolitisation de notre société, la réduction de nos vies à celles de travailleurs (sous-payés)-consommateurs (aliénés), l’insouciance des puissants de ce monde qui se nourrissent sur le dos des plus démunis, le tout enrobé d’un emballage de « fun start-up ».

Je me console en me disant que de cette manière, j’ai l’opportunité de donner ma voix à ma mère, effrayée par le FN, et privée de citoyenneté par ces mêmes institutions qui lui font aussi subir le plafond de verre au sein de la fonction publique de cette belle République (non) dont la devise est « Liberté, Egalité, Fraternité » (lol). Ma mère, qui s’est sacrifiée et qui a assumé ses enfants jusqu’au bout, pour que nous ayons une réelle chance de franchir ce plafond de verre. Ce don ne me coûte alors pas si cher.

J’avoue aussi que donner cette voix que je refuse, car je la considère comme un cadeau empoisonné, c’est un prétexte pour masquer ma peur. Parce que si le projet de société de Macron est mortifère, on est sûr qu’il jouera le jeu de cette fausse démocratie représentative, et qu’il rendra les clés de l’Elysée en 2022. Avec Le Pen, il y a un risque assez élevé pour que ce ne soit pas le cas, l’Histoire du fascisme en Europe nous l’a déjà prouvé durant le siècle dernier, ainsi que les rapports puants au pouvoir qu’entretiennent les membres du FN au sein même de leur parti.

Ce n’est pas tant la perspective de 5 ans de FN qui m’effraie, mais plutôt le fait de n’avoir aucune marge de manœuvre pour s’en débarrasser. Car qu’on se le dise, en tant que femme racisée, le déclassement, les violences racistes et sexuelles que je subis déjà, j’y suis largement habituée, donc suffisamment armée pour y survivre encore, même sous le FN. Le plus gros risque n’est donc pas que le racisme, le classisme et le sexisme se développent (ça, ça arrivera sous Macron aussi), mais qu’on ne puisse plus lutter contre, et ce, pour une durée non déterminée.

Puis, merde, j’admets que j’ai la flemme de perdre mes maigres privilèges (logement et taf décents), acquis au prix de galères, de larmes, de sueur et de sang, pour cause de guerre civile.

A celles et ceux qui pensent lutter contre le FN avec leur bulletin Macron ; calmez-vous. Vous ne faites que remettre une pièce dans le jukebox pour repasser la musique du mandat de François Hollande. Celle de l’état d’urgence permanent, des perquisitions de musulmans et de militants de gauche, celle d’Adama Traoré, de l’affaire Théo. Celle de Manuel Valls, meilleur VRP du racisme structurel. Celle qui passe plus de temps à pourchasser les antiracistes politiques, qu’à lutter contre le racisme. Celle qui a remis au goût du jour la question de la déchéance de nationalité, ou celle du « racisme anti-blanc », thématique préférée du FN.

A celles et ceux qui somment les autres de « faire barrage » tels des castors au nom du sacro-saint « Front Républicain » ; niquez votre race. Clairement, votre République impérialiste, patriarcale, capitaliste et raciste, on s’en cogne. C’est pas ce qu’on cherche à sauver.

Aux autres qui culpabilisent les abstentionnistes ou qui moralisent les gens qui tapent sur Macron sous prétexte que les opprimé-e-s souffriront encore plus ; arrêtez. On n’a pas besoin de vos bons sentiments parfois paternalistes. On a juste besoin de votre présence sur le terrain pour propulser notre parole, pas d’une armée de castors. Mais ça, vous le savez déjà. En fait, ce qui vous embête le plus, c’est pas qu’on souffre plus. C’est juste que la saleté des oppressions en général, et celle de l’oppression raciste en particulier, on ne pourra plus la cacher si Le Pen passe. Et là, faudra la regarder en face et assumer ses responsabilités ; spoiler, ça va pas être beau à voir.

Vous vous souvenez à chaque fois que vous nous avez accusé-e-s de nous « victimiser », « d’exagérer », voire de « sur-réagir » ? « De voir le mal partout » ? « De faire des généralités » ?

Vous vous souvenez à chaque fois que vous nous avez rendus invisibles ? Que vous nous avez coupé la parole ? Que vous avez parlé à notre place ? Que vous vous êtes faits du biz sur notre cause ? Que vous avez freiné notre évolution ? Que votre parole a été glorifiée alors que la nôtre est ostracisée, et que vous ne l’avez jamais dénoncé ?

Bah là, vous ne pourrez plus le faire, parce que ça va vous péter à la gueule, et vous serez embarqués dans notre galère, pour de bon cette fois-ci. Peut-être que comme ça, vous comprendrez vraiment. Ne vous étonnez donc pas si des racisé-e-s ne sont pas si effrayé-es que ça par Marine Le Pen au pouvoir.

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s