T’as volé mon vote, cher Président

Cher Président de la « République »,

je me permets de te tutoyer, parce qu’après tout, t’es pas tellement plus âgé que moi. Tu pourrais même faire partie de ma bande de potes, parce qu’on a probablement pas mal de points communs et qu’on a traîné un peu dans le même milieu, toi et moi. On n’a juste pas encore eu l’occasion de se croiser, c’est tout.

Seulement, voilà. Si on est aussi éloignés l’un de l’autre, c’est parce que je te déteste. Et si je te déteste, ce n’est pas pour rien.

Quand t’es sorti de l’ombre, c’était pour nous pondre ta loi qui dérégule l’économie, et pour nous la faire avaler de force à coups de 49-3 avec ton acolyte Valls.

Puis, pour que tes lois puissent être applicables, il a fallu massacrer le Code du Travail. Toi et tes acolytes avez utilisé la figure de Myriam El Khomri, bel appât pour tous les racistes et/ou misogynes, pour arriver à vos fins sur ce coup-là. Puis, encore un petit coup de 49-3.

Tu nous as épuisés, achevés, matraqués, éborgnés. Enfin, ta police a fait le sale boulot pour toi et tes potes. Mes entrailles n’ont toujours pas oublié les douleurs infligées par tes gaz lacrymogènes, et je commence tout juste à m’en remettre.

Si seulement tu t’étais arrêté là. Sauf que non, tu as remué le couteau dans la plaie, en traitant nos camarades d’illettrées, en sous-entendant que ceux qui n’avaient pas les moyens de se payer un costard, c’est par manque de travail ou encore que ceux qui ne trouvaient pas de travail, c’est par manque d’initiative. T’étais pas obligé de nous mépriser, tu sais.

Par contre, je ne peux pas t’accuser de ne pas nous avoir tendu la main. T’as essayé, plus ou moins adroitement. T’as voulu glorifier les entrepreneurs de banlieue. T’as trouvé que le débat sur la déchéance de la nationalité, c’était un peu abusé. T’aimes pas quand on tague des croix gammées sur des mosquées.

Mais, mec ?! Tu crois pas qu’en banlieue, on mérite mieux qu’un job de chauffeur Uber sans protection sociale ? T’étais obligé de mettre des vigiles partout lors de l’annonce de ta candidature à Bobigny ? T’étais où quand des milliers de musulmans se faisaient perquisitionner injustement, quand Théo se faisait violer par la police, quand Adama se faisait tuer par les gendarmes ? On aurait bien aimé t’avoir à nos côtés dans ces moments, ça nous aurait donné foi en toi, foi en la République.

Et c’était quoi tes sorties sur la colonisation qui a apporté du bon, tout en étant un crime contre l’humanité, ou sur les supposées « souffrances » du mouvement homophobe La Manif Pour Tous ? On n’est pas dupes, tu sais. Du coup, tu as peut-être les meilleures intentions du monde, or pardonne-moi si je me permets d’émettre des doutes quant à ta sincérité.

Mais, le pire, dans tout ça, c’est que j’ai quand même dû voter pour toi. J’ai dû te donner ma voix, alors que j’avais fait le serment de ne plus la sacrifier. Parce qu’on a agité l’épouvantail du fascisme sous mon nez de petite meuf arabe et que par peur (entre autres), j’ai dû céder. Je m’étais émancipée de cette injonction électorale à 2 balles, et t’as mis le bordel dans ma tête, t’as tout foutu en l’air. Vraiment, je te hais.

Tu vas me dire que c’était pas ce que tu voulais. C’est ce que vous dites tous quand ça se passe mal. Pourtant, c’est ce que tu as fait. Tu m’as arraché ma voix, comme un pick-pocket arrache le sac à main d’une vieille dame. Et au final, c’est toi qui as raflé la mise, alors que moi, je ne vois toujours pas ce que je peux gagner avec toi. Avoue que ça arrange bien tes affaires quand même, cette histoire, hein.

Comme je te l’ai dit au départ, on aurait pu être amis, toi et moi. Mais t’as tout gâché. Et maintenant, je te déteste, tu vas devoir faire avec, parce que parmi tous ceux à qui tu as racketté des voix, je dois pas être la seule.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s